Ärzte ohne Grenzen anti Israel

Médecins sans Scrupules, une ONG qui soutient le Hamas

Les dossiers, Politique Française 29 septembre 2015

Jean Vercors

http://www.dreuz.info/2015/09/29/medecins-sans-scrupules-une-ong-qui-soutient-le-hamas/

Médecins Sans Frontières est considérée par beaucoup comme apolitique. Vous diriez sans hésiter qu’elle n’a qu’un but : l’amélioration du bien-être des personnes dans le besoin, n’est ce pas ?

En vérité, MSF s’est égaré loin de son objectif initial, celui de fournir une aide médicale d’urgence, et elle a violé son propre engagement à respecter la «neutralité et l’impartialité ».

Au lieu de cela, elle profite de sa réputation pour se livrer à une guerre politique contre Israël. Cette ONG gère un budget annuel en France de 60 millions d’euros (40% du gouvernement) et son budget mondial était d’environ 950 millions d’euros en 2008 (87% en donations). Elle est classée par NGO Monitor comme organisation radicale de gauche anti israélienne.

Durant l’été, un certain nombre de publications de MSF ont adopté un récit anti-Israël extrémiste. Nous les abordons ci-dessous.

Le premier rapport accusatoire date du 7 juillet 2015, un article d’opinion de MSF-USA rédigé son directeur exécutif Jason Cone, qui blanchi les attaques et crimes de guerre du Hamas contre Israël.

Dans l’article, Cone ignore les crimes de guerre du Hamas : le ciblage des civils israéliens, et l’utilisation des Palestiniens innocents comme boucliers humains.

Cone déclare que les tirs de roquettes contre des civils israéliens sont des « actes de résistance » et [la riposte israélienne] le terrorisme. » De même, Cone en évoquant la hausse des « attaques palestiniennes contre des civils israéliens (principalement des colons), » suggère que certains attentats terroristes sont plus acceptables que d’autres.

En revanche, Cone ne montre aucune nuance ou compréhension quant à la politique israélienne. Il réduit les milliers de tirs de roquettes depuis Gaza contre des villes israéliennes à de simples « craintes israéliennes de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza ».

Que vaut l’expertise d’un dirigeant d’une organisation médicale sur les stratégies militaires et de sécurité dans la dynamique complexe d’un conflit en cours ? Rien. Est-ce que cela l’arrête pour faire sa propagande anti-israélienne cautionnée par la signature de Médecins sans Frontières ? Non. Est-ce qu’un seul journaliste français honnête le fera remarquer ? A part Dreuz.info, personne.

Une autre attaque politique contre Israël est apparue dans une vidéo promotionnelle de Juillet 2015, avec Mathilde Berthelot, une gestionnaire de programme de MSF. Faisant écho à la propagande de Cone, elle a accusé Israël d’utiliser la violence palestinienne, «comme un alibi pour une politique qui est répressive et expansionniste», ajoutant: « nous ne sommes plus en mesure d’accepter cet alibi ».

Israël qui a rendu le Sinaï à l’Egypte, s’est retiré de Gaza, et a fait plusieurs propositions de paix avec partage de la Judée Samarie est-il expansionniste ? Non.

La demande des colons arabes de Palestine que 5 millions de leurs « réfugiés » répartis dans le monde entier puissent venir s’installer en Israël est-elle expansionniste ? A 100%. Leur réclamation sur la moitié de la capitale juive de Jérusalem est-elle un alibi religieux pour coloniser la ville ? Oui. La propagandiste Mathilde Berthelot le sait-elle ? Oui. S’en soucie-t-elle ? Aucunement : les arrivistes savent que plus ils sont anti-israéliens, plus leur avancement est assuré.

Berthelot affirme encore : « nous devons prendre une position encore plus forte pour le peuple de Palestine « . Si elle connait si mal l’histoire de la région, elle ferait mieux de se taire, et de rester à sa gestion des programmes. N’importe quelle personne moyennement informée sait que le « peuple de Palestine » est une notion qui n’existait pas avant 1967, elle a été inventée depuis, car ce « peuple » est en réalité constitué d’immigrants venus d’Egypte, de Syrie et de plus loin encore, comme le reconnaissent les responsables politiques de Gaza.

La vidéo de propagande se réfère également à des opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza comme des «massacres» et dénonce « l’humiliation et l’oppression qu’ils [les Palestiniens] sont soumis tous les jours. » Massacres alors qu’Israël a averti à l’avance les civils de quitter les immeubles bourrés d’armes qu’il allait bombarder, comme l’ont confirmé les rapports d’enquête et les journalistes ? Massacres lorsque l’ONU elle-même a dénoncé le Hamas pour avoir stocké des missiles dans les écoles de l’UNRWA, et tiré des roquettes sur Israël à coté des hôpitaux pour qu’Israël fasse des dégâts humains ? Ces attaques au vitriol sont une preuve supplémentaire que MSF s’est lui-même aligné sur un côté du conflit, et d’une manière qui est tout à fait incompatible avec ses propres normes humanitaires.

Employé de MSF et terroriste : pas de problème dit MSF

Dans leur publication, ils ont cependant oublié de rappeler qu’en 2007, un de leur employé avait été arrêté alors qu’il préparait l’assasinat du premier ministre Ehud Olmert. MSF avait reconnu les accusations, et avait répondu :

“Nous sommes très triste pour Bashir, mais nous voulons être très clair sur le fait que nous faisons une distinction entre son travail professionnel et ce qu’il fait de son temps personnel. Nous ne pensons pas que notre organisation puisse être tenue pour responsable de chaque aspect de la vie de son personnel.”

Terroriste le soir et membre de MSF le jour, voilà un CV accepté par MSF…

Ce type d’antagonisme de MSF n’est pas nouveau

Pendant le conflit à Gaza, Felipe de Ribeiro, le directeur général de MSF-France de 2008 à 2009, avait fait valoir qu’Israël « profitait du fait que des tireurs palestiniens prenaient position près des installations médicales comme une excuse pour attaquer ces sites. » Il ne se rendait pas compte, dans sa phrase accusatoire, qu’il avouait que le Hamas se servait de boucliers humains pour empêcher Israël de riposter, ce qui constitue un crime de guerre, et qu’il interdisait à Israël de se défendre : en substance, il expliquait que Israël prenait prétexte qu’on lui tire dessus pour tirer à son tour.

Le Dr Marie-Pierre Allie, présidente de MSF-France, a été plus loin encore dans l’inversion des valeurs afin de faire coller la réalité au dogme tiers-mondiste des antisionistes.

Elle a affirmé que la violence à Gaza était pire que la violence contre les civils en Somalie, au Congo et au Darfour. Honte sur elle, pour avoir menti au public en minimisant l’horreur que subissent les populations de Somalie et du Congo, et risqué de décourager les citoyens de faire des dons aux ONG qui s’occupent de ces populations vraiment en détresse, et qui ne bénéficient pas du centième de l’aide versée aux arabes de Palestine.

Quand MSF place la politique au dessus des intérêts des victimes

En juillet 2010, alors que MSF travaillait avec une équipe de médecins spécialistes israéliens pour soigner les victimes de l’explosion d’un tanker d’essence en République Démocratique du  Congo, Haaretz, quotidien israélien d’extrême gauche citait le témoignage d’un docteur israélien qui a dénoncé avoir eu des rapports négatifs avec les volontaires de MSF, lesquels “évitaient de se retrouver autour de lui ou des autres docteurs et membres israéliens de l’équipe.”

Le 28 juillet 2010, le Huffington Post publiait un article accusatoire, où MSF était accusé d’intolérance et de dogmatisme, car ses membres « refusaient de travailler avec des docteurs israéliens ».

Les mensonges en série, cela fait partie du serment d’Hippocrate ?

Récemment, MSF s’est lancé dans une diabolisation accompagnée d’une série de graves et fausses allégations, y compris l’accusation selon laquelle les Palestiniens sont interdits de quitter Gaza pour recevoir un traitement médical – en dépit du fait que les patients palestiniens quittent Gaza pour les centres médicaux en Israël sur une presque base quotidienne.

De même, ces médecins devenus activistes politiques et méprisant leur serment d’Hippocrate ont faussement accusé l’armée israélienne en déclarant « qu’Israël continuera d’affamer le territoire de fournitures désespérément nécessaires, y compris les matériaux de construction, »

La vérité est que chaque jour, entre 170 et 350 camions chargés de matériaux de construction, de nourriture, de médicaments, et de matériel humanitaire sont livrés depuis Israël à Gaza par le passage de Kerem Shalom. Dreuz en a dressé la liste détaillée chaque semaine pendant des années. Et nous ne pensions pas que des activistes auraient le culot de continuer à mentir là dessus. Nous avions tort. Rien ne les arrête, aucun mensonge ne les fait rougir, aucune évidence ne les écarte de leur fabrique de haine.

De même, Médecins sans frontières revendique absurdement qu’un « million d’enfants vit toujours dans les ruines ». Mais de leur propre constatation, ils affirmaient que « 12.000 maisons ont été détruites à Gaza pendant les combats en 2014 ». Je laisse MSF face au ridicule de leur déclaration. Cela voudrait dire que dans chaque maison, vivent 83 enfants !

Ces distorsions et les attaques offensives démontrent que MSF devrait se tenir à ce qu’il sait faire – fournir une aide médicale.

Prendre parti dans le conflit israélo-palestinien est une violation flagrante du principe énoncé de MSF de neutralité, et bien au-delà, du domaine de compétence et d’expertise de l’organisation.

Répétons cette phrase : MSF n’applique pas les principes de neutralité qu’elle a elle-même énoncé. C’est typiquement caractéristique des gauchistes : ils sont les premiers à piétiner les règles qu’ils défendent, et NGO Monitor a vu juste, en les classant comme organisation radicale de gauche.

C’est un abus du statut de MSF en tant que groupe humanitaire. Il compromet sérieusement la crédibilité de ses médecins, et notre rôle est de le dénoncer.

Pire encore, la diabolisation d’Israël par cette ONG doit être mise en parallèle avec les laissez-passer que Médecins sans Frontières a remis aux terroristes du Hamas afin d’immuniser les terroristes.

Dreuz a de quoi faire, quand la bassesse humaine se cache derrière une noble organisation médicale humanitaire, et que les médias de gauche ont signé un pacte diabolique pour ne jamais pointer le doigt vers leurs frères d’armes.

Jean Vercors est né en France, il a vécu à Paris, puis à Houston. Essayiste, passionné d’histoire, de musique et des nouvelles technologies, il vit entre New York et Israël. Il est contributeur sur Dreuz et d’autres sites francophones et anglophones.

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s